«Bijou Sublimé»


Maria est fascinée par le verre, sa transparence et sa lumière. Fusionnant les matières, verre et terre avec le bronze comme si elle cherchait à retenir les corps, en les emprisonnant dans le métal, pour démontrer l'aliénation de chacun par rapport à un autre : l'homme sur la femme, la femme sur l'homme mais aussi la mère sur son enfant ou encore la hiérarchie dans le travail détruisant les rapports humains. Encore et toujours la suprématie humaine et sociale.